Ouverture de 1000 places supplémentaires dans les centres d’accueil pour les demandeurs d’asile

Eric Besson était mardi dernier au Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile (CADA) de Livry Gargan (93). A cette occasion, il a annoncé l’ouverture de 1 000 places supplémentaires en CADA en 2010. Ce sont notamment 200 nouvelles places qui seront ouvertes en région parisienne avant le 31 juillet 2010.

Je suis très satisfait de constater que le ministère poursuit le renforcement du dispositif national d’accueil des demandeurs d’asile. Les Centres d’Accueil de Demandeurs d’Asile (CADA) sont ainsi passés de 5 000 places en 2000 à 17 000 places en 2006. Ils en offrent aujourd’hui 21 000.

La demande d’asile adressée à la France connaît en effet depuis deux ans une croissance accélérée, avec 47 686 demandes pour l’année 2009, soit une augmentation de 12 % par rapport à 2008. En 2009, cette demande est supérieure de 44 % à celle de l’Allemagne, de 60 % à celle du Royaume-Uni, de 97 % à celle de la Suède. La France conforte sa place de premier pays d’Europe de destination des demandeurs d’asile, et de second dans le monde, derrière les Etats-Unis.

Malgré des flux importants, la France maintient un niveau élevé de protection, avec 10 373 décisions de protection prises par l’OFPRA en 2009. Le taux d’accord de l’OFPRA dépasse 82 % pour les ressortissants irakiens, 76 % pour les ressortissants somaliens, 69 % pour les ressortissants érythréens. Le taux d’accord global baisse de 35 % à 31 %, sous l’effet de la croissance forte des demandes. L’asile représentait un budget de 289 millions d’euros en 2009. Il dépasse 318 millions d’euros en 2010, soit une croissance de 10 %, plus de la moitié du budget du ministère.

Cependant, respecter la tradition républicaine de l’asile, c’est aussi lutter contre les abus et détournements dont elle est quelquefois victime. L’hypothèse de détournements des procédures d’asile à des fins d’immigration irrégulière, motivée par des raisons économiques, ne peut être exclue. De tels détournements nuisent à l’efficacité du traitement des demandes d’asile en France, notamment en provoquant un allongement des délais. Le projet de loi relatif à l’immigration, à l’intégration, et à la nationalité, présenté devant le Conseil des ministres le 31 mars 2010, renforce ainsi les instruments de lutte contre ces demandes d’asile frauduleuses.

Dans le même temps, notre pays poursuit ses efforts de mobilisation de l’ensemble des Etats membres de l’Union Européenne en vue de créer un régime d’asile européen commun d’ici 2012. A l’initiative de la France, cet objectif constitue une priorité du pacte européen sur l’immigration et l’asile adopté en octobre 2008. L’harmonisation des politiques d’asile européennes est la seule voie possible pour mettre fin au « supermarché de l’asile », qui fait le jeu des filières d’immigration irrégulière, tout en garantissant un niveau élevé de protection aux personnes persécutées. Une première étape sera franchie dès le printemps 2010 avec l’installation à Malte d’un Bureau européen chargé de coordonner les pratiques des Etats membres.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s