Sécurité sociale : « On se dirige progressivement vers un modèle à l’anglo-saxonne sans le dire aux Français »

Alors que le Sénat termine l’examen du budget de la Sécurité sociale pour 2019 et votera le texte du gouvernement largement modifié ce mardi 20 novembre, nous estimons au sein  du groupe LR qu’« on se dirige progressivement vers un modèle à l’anglo-saxonne, qui n’est pas le modèle français », en raison du financement par l’impôt de la protection sociale, au lieu des cotisations.

Au cours des débats de ce jeudi 15 novembre et singulièrement de l’examen de l’article 19 du projet de loi, nous nous sommes ainsi inquiétés par la voie d’Alain Milon, Président de la commission des affaires sociales, des bouleversements qui s’opèrent dans le financement de la Sécurité sociale et qui nécessitent un « vrai débat populaire et démocratique ».

En 2019, les recettes de la Sécurité sociale sont assurées à hauteur de 52% par des cotisations, et à 45% par des recettes fiscales, en particulier la CSG. Actuellement, 36 milliards d’euros du budget de l’État sont versés en compensation à la Sécu. « On se dirige donc très vite d’un régime assurantiel où il faut avoir cotisé, pour bénéficier de prestations, vers un régime universel où les recettes Sécurité sociale seront assurées par des dispositions fiscales.

Ce changement de paradigme de la Sécurité sociale mérite une discussion à part entière, et non un « débat fragmentaire », « au détour d’un article » du PLFSS.

millon