Politique de mobilité de la Métropole du Grand Lyon et du Nœud Ferroviaire Lyonnais

Retrouvez mon intervention lors du Conseil de la Métropole de Lyon – lundi 28 janvier 2019

Nous ne pouvons que nous féliciter de délibérer sur des projets qui faciliteront les déplacements de nos concitoyens dans la Métropole et au-delà. C’est pourquoi nous voterons les délibérations 3264, 3265 et 3266 présentées ce jour

Ces 3 délibérations, concernant le nœud ferroviaire lyonnais, la modernisation du réseau ferroviaire de l’ouest lyonnais et le projet de réseau express de l’aire métropolitaine lyonnaise avec l’aménagement de la gare de Sathonay-Camp Rillieux la Pape, sont des pierres bien nécessaires à l’édifice de l’intermodalité et des mobilités, mais depuis le temps que nous délibérons sur ces sujets, j’ai le sentiment que nous avons toujours un train de retard.

Que de temps d’études, de discussions, de tergiversation, d’instruction de dossiers…. nos concitoyens peuvent-ils attendre, le réchauffement climatique peut-il attendre ?

Notre mission est d’anticiper, et de préparer l’avenir, les évolutions de la société ou du moins y répondre au plus vite. Dans une société où tout va de plus en plus vite, sauf les voitures qui roulent de moins en moins vite ! (private joke !), notre mission nous oblige à avoir une vision globale et de long terme. Le projet de loi d‘orientation des mobilités, sujet d’actualité, la volonté de préserver nos ressources et nos espaces naturels ainsi que d’assurer un développement économique cohérent, nous obligent à avoir une politique d’organisation des déplacements qui soit ambitieuse et cohérente. Un scénario au fil de l’eau n’est pas possible. Une politique volontariste qui ne doit pas exclure un mode de transport pour un autre mais porter une complémentarité hiérarchisée. Si nous voulons faciliter les déplacements de nos concitoyens, nous voulons abandonner nos voitures le plus souvent possible, alors allons plus loin et donnons vraiment la priorité aux transports en commun !

Le développement de notre territoire, qui dépasse les limites administratives de notre métropole, et les différents moyens de transport doivent doit nous conduire à organiser l’intermodalité à l’intérieur comme à l’extérieur de la Métropole.

Dans le cœur de celle-ci, même si le maillage tramway/métro/bus permet de limiter l’utilisation de la voiture, je pense que nous devons développer l’offre existante soit par la création de nouvelles lignes je pense à la ligne E (Tassin) qui permettrait aux habitants de l’Ouest lyonnais, rejoindre Lyon plus facilement et à terme Saint-Exupéry – soit par l’augmentation de certains cadencements de tramway ou de bus. De nombreuses personnes ne peuvent pas rejoindre leur domicile en transport en commun en fin de soirée, par exemple ! Je pense aussi au tram T3 qui pourrait fonctionner tous les jours jusqu’au Groupama stadium et pas seulement les soirs de match, les parkings pouvant servir de parcs relai pour les habitants de l’Est. Je ne reviendrai pas sur ce qui est fait avec la ligne B et qui permettra aux habitants du Sud-Ouest de rejoindre le cœur de Lyon par le métro. Je me réjouis que ce projet voie enfin le jour mais je regrette sincèrement qu’il ait mis plus de 20 ans à émerger. Une génération ! Pouvons-nous continuer à ce rythme ? A l’évidence, non !

Pour les communes de 2ème et 3ème couronnes et pour les communes appartenant à l’aire urbaine, le train semble être la solution la plus opportune. Les habitants peuvent rejoindre le cœur de l’agglomération avec un minimum de rupture de charges, sans encombrer les entrées de ville par un trafic routier inutile. Il me semble que nous avons à y gagner autant en terme de pollution qu’en entretien ou création de voirie. Pour autant, encore faut-il que l’offre soit large en terme de couverture horaire, ponctuelle,   Si nous voulons nous placer au niveau des métropoles européennes que nous challengeons et dont l’offre de trains est très satisfaisante, nous devons investir dans le RER à la lyonnaise.

Vous venez de signer, Monsieur le Président un avenant au CPER avec la Région et l’Etat prévoyant notamment l’amélioration de la ligne Lozanne – Saint Paul. Je m’en réjouis.

Continuons de mailler les dessertes en train depuis l’extérieur de la Métropole : le val de Saône par exemple : pourquoi ne pas remettre en service la ligne existante ?

Avec mes collègues Maires du Sud et du Sud Ouest, Xavier Odo, Clotilde Pouzergue, Jérome Moroge, Guy Barret, mais aussi Jean-Luc Da Passano, Christiane Charnay, André Vaganay, Nathalie Frier, Françoise Gauquelin nous défendons un projet de RER à la lyonnaise qui puisse relier Loire sur Rhône à Lyon. Les voies existent, les gares existent. Allons-y ! Réunissons nous ! Nous ne pourrons pas attendre là encore que le CFAL se fasse ou se fasse pas… et alors même que le déclassement de l’A6/A7 est engagé.

Outre les aménagements ferroviaires, d’autres aménagements du ressort de notre collectivité peuvent dès lors être engagés : des parkings relais, des accès plus confortables, sécures pour les usagers : des parkings à vélo sécurisés par exemple, des emplacements réservés pour les nouveaux engins de mobilité. Il me semble qu’il devient urgent notamment de répondre au déplacement et au stationnement des vélos ou trottinettes qui sont en libre usage !

Un mot concernant les liaisons nationales voire internationales. Les grandes lignes sont existantes et fonctionnent. De grands travaux sont en cours à la Gare de la Part Dieu qui vont solutionner les problèmes actuels. Pour autant, anticipent-ils l’évolution des transports ? Je regrette que le rôle de la Gare de Saint Exupéry ne soit pas renforcé. Quid de la complémentarité Perrache Part Dieu et Saint Exupéry?

Enfin avant de conclure, pour apporter de la fluidité, la tarification unique entre tous les modes de transport public est indispensable. De nombreuses villes le proposent. Au temps des smartphone et des appli, et du nouveau monde ( !) achetez un ticket dans un bus semble suranné, non ?

A Berlin par exemple pour un groupe entre 2 et 5 personnes, vous achetez un ticket à environ 20 € pour une journée, pour prendre le bus, le tramway, le métro, les trains et rejoindre les 2 aéroports. Tout cela du centre de Berlin. Je n’ose pas penser que nous ne soyons pas capables d’avoir une telle offre !

Conclusion

Mes propos ne se veulent pas contestataires. Je sais ce qui a été fait et ce qui est inscrit aux budgets des différents partenaires de la mobilité. Je souhaite simplement que nous agissions plus rapidement, que nous ne rejetions pas la faute sur un tel ou un tel… Il me semble que la Métropole, la Région et l’Etat en ont pris conscience. C’est en tout cas ce que j’ai entendu ces dernières semaines, de la part du Président de Région Laurent Wauquiez qui souhaite développer fortement les mobilités et de vous Monsieur le Président de la Métropole. Je souhaite aussi saluer l’initiative de Monsieur le Préfet de région qui lance une grande étude sur les mobilités dont on devrait avoir les résultats fin 2019. -Etude très précise sur les déplacements et les usages.

Souhaitons qu’à partir de ces éléments, des réponses concrètes et c’est là notre rôle, nous responsables politiques, puissent être mises en œuvre rapidement.